BrasilResidence of ArtistsRio de Janeiro

Barração Maravilha – Rio de Janeiro, Brésil

 

Nom de la résidence: Barracão Maravilha
Principales disciplines artistiques: sculpture, installations, arts visuels
Fondé en: 2008 – réouverture en 2018
Fondé par: Marcelo Velloso, Zé Carlos Garcia, Hugo Richard, Natali Tubenchlak, Robson Viana
Nombre de résidences par an: 12
Adresse (Ville, Pays): Rio de Janeiro, Brésil
Website: Barracão Maravilha 
Contact: contato@barracaomaravilha.com.br

 

Productions AIR TV

 

Le Barracão Maravilha est une ancienne résidence d’art créée à Rio de Janeiro en 2008 par les artistes Hugo Richard, Natali Tubenchlak, Robson Viana, Zé Carlos Garcia et le producteur Marcello Velloso. « Le Barracão Maravilha était à l’époque de son existence un espace de circulation de personnes, d’artistes, de personnes qui voulaient avoir des informations sur l’art contemporain, parler, être en relation avec les artistes, non seulement en résidence, mais avec les étrangers ou même des Brésiliens », explique Marcelo Velloso, fondateur et producteur artistique.

Le programme de résidence accueille des artistes visuels de l’étranger et du Brésil pendant quelques semaines et offre la possibilité de travailler en studio puis d’exposer dans la galerie de l’espace afin de créer un échange culturel avec la scène artistique carioca.
Le Barracão Maravilha ouvrira un nouveau programme de résidence en 2018 après 4 ans d’absence en raison de la situation politique et économique de Rio de Janeiro. « Cette nouvelle étape donne un nouveau profil aux résidences qui s’y déroulent, mais avec un circuit plus cohérent autour du vieux centre, avec plus d’ateliers, plus d’artistes avec une production mature et également avec d’autres espaces d’échange réellement présents ici au centre », indique Zé Carlos Garcia, artiste et fondateur de l’espace.

« C’est très excitant et stimulant pour celui qui pense en ce moment particulier. Nous sommes dans une période critique, en particulier pour les arts, alors faire de l’art est une sorte de résistance », ajoute Rodrigo Castro, directeur de l’atelier du Barracão Maravilha.